MOUCHES  SAUMON  JEAN-LOUP TRAUTNER

 

Mes Mouches Saumon

 

Un des grands avantages de vivre près d’une rivière à saumon est que l’on est toujours présent lorsque la rivière est en parfait état et que « le robinet est ouvert ». La présence de nombreux poissons dans les pools m’autorise alors de tester chaque saison les théories des uns et des autres mais aussi les modèles de mouches les plus fantaisistes.

            Ayant, il y a quelques années, testé avec succès des mouches à émerillons (dont avait parlé Hugh Falkus dans son célèbre livre « La Bible du pêcheur de saumon » mais sans les essayer lui-même...) et aussi durant ces deux dernières saisons des mouches construites avec des corps en vernis à ongle multicolores « empruntés » à ma fille, j’ai pu constater l’efficacité accrue de ces artificielles lorsque l’on combine les deux techniques de montage.

Les avantages de l’utilisation d’un émerillon en tête d’une mouche en corps en vernis à ongle:

Ce montage ne peut être effectué qu’avec des hameçons simples (hameçons obligatoires pour les rivières où la pêche No-Kill est obligatoire pendant une partie de la saison) dont l’anneau de tête n’est pas soudé à la hampe. J’utilise personnellement des Partridge of Reddich Salar de Mikael Frodin noirs, dorés et argentés et je n’ai eu jusqu’à présent qu’à me féliciter de ce choix. En ce qui concerne les émerillons, il faut choisir soit des modèles du genre Rolling Spécialist  Pezon & Michel tailles ou équivalents en très petites tailles (10/12 /14/16) soit des modèles à baril en laiton noir traditionnels là aussi choisis en très petites tailles (12/14/16/) afin de limiter l’excès de poids qui peut handicaper la nage naturelle de la mouche.

  1. La mouche ainsi équipée possède une mobilité incomparable (rotation de 360° possible) et, de ce fait, elle nage d’une façon nettement plus naturelle et réaliste qu’une mouche traditionnelle.
  1. Lors d’un combat avec un poisson cette rotation totale réduit dramatiquement la possibilité qu’a le saumon de prendre appui sur la mouche lorsqu’il cherche à s‘en libérer et de ce fait les décrochages si fréquents et si frustrants au saumon se font nettement plus rares.
  1. Autre avantage pour les débutants et les fainéants, avec ce montage, il n’est plus nécessaire d’employer des nœuds compliqués où d’autres qui, à mon avis, emprisonnent trop la tête de la mouche et qui ont tendance à rendre sa nage trop rigide dès que la force du courant diminue, généralement en fin de dérive, au moment précis ou de nombreux saumons cherchent à intercepter cette mouche qu’ils viennent de suivre...
  1. Le léger poids supplémentaire en tête de la mouche permet à cette dernière de s’immerger plus rapidement et d’être ainsi immédiatement opérationnelle. De même, lorsque l’on pêche en soie flottante par eaux fines, cette légère surcharge évite aux petites mouches de venir griffer la surface de la rivière en fin de dérive ce qui les rend généralement immédiatement sans intérêt pour « un saumon mordeur » qui se respecte.
  1. Pour les fervents du « No Kill » l’utilisation d’une mouche à hameçon unique articulé facilite nettement le décrochage des poissons et aussi leur remise à l’eau avec un minimum de stress.
  1. L’utilisation de vernis à ongles multicolores pour la fabrication du corps des mouches augmente très sensiblement l’hydrodynamisme de ces dernières. Le corps lisse et plus dense engendre une immersion plus rapide de l’artificielle dès la fin du lancer et l’expérience prouve qu’un saumon mordeur est rarement patient et qu’il attaque très souvent la mouche dès qu’elle commence à pêcher correctement ce qui se produit définitivement plus rapidement avec une mouche qui atteint sa profondeur de nage plus rapidement
  1. Ces mouches au corps vernis sont aussi nettement plus solides que les artificielles montées avec des matériaux de montage traditionnels. Cet avantage est appréciable car, au cours d’un séjour de pêche, les mouches à saumon sont souvent malmenées et mises à rude épreuve au bout de leurs soies de 10 ou de 11 et de leurs cannes de 15 pieds...et les stocks ont tendance à baisser rapidement !

Les désavantages :

1.    Il y en a peu. Les puristes vous diront que l’utilisation de matériaux souples pour le corps d’une artificielle (plumes, poils, synthétiques ou autres...) sont essentiels pour donner de la vie, du réalisme, et une « diaphanéité incomparable » à cette dernière... C’est possible et même probable, et, pour l’avoir personnellement ressenti maintes fois, je comprends parfaitement le plaisir qu’a le monteur à créer des modèles originaux « home-made » en  s’amusant avec sa collection unique de poils et de plumes de tout acabit. En ce qui concerne les montages dont je vous parle aujourd’hui, la vie et le réalisme des mouches décrites sont engendrés par la mobilité accrue grâce à l’adjonction d’un simple petit émerillon qui compense largement la rigidité du corps de l’artificielle.

2.    Le deuxième petit désavantage est que ces modèles sont nettement plus long à monter puisqu’il faut attendre que les couches de vernis sur les corps soient sèches avant de pouvoir entreprendre  la finition de l’artificielle.

 

3.    Dernier petit problème, le lancer de ce type de mouches est toujours un peu plus délicat et doit être vraiment soigné afin d’éviter un « bouclage » toujours possible avec les mouches articulées ou à hameçons multiples.

 

Fiches de montage de trois modèles qui « marchent sur la Suir »

  1. La Blue charm :

Que ce soit le montage traditionnel, les nombreuses variantes ou bien ma version personnelle ce modèle est très efficace sur le Suir.  Fabrice Rencurel, un pêcheur de saumon Grenoblois détient mon « record client » (20 saumons pris à la mouche (et relâché) avec cette mouche en 9 jours de pêche).

 

 

 

 

Hameçon : Partridge of Reddich Salar de Mikael Frodin (tailles 3/5/7/9/11)/ doré

Emerillon: Rolling Spécialist  Pezon & Michel tailles (10 /12/14/16)

Soie de montage: noire

Queue: Coq teint en jaune fluo

Butt: Vernis à ongle jaune fluo

Body : Vernis à ongle noir et jaune fluo

Hackle de gorge : coq teint en bleu clair

Aile : Ecureuil gris sur fibre synthétique bleue

Joues : Coq de jungle

Tête : Vernis noir

 

  1. La Green Highlander :

Une autre « Classique ». Il semblerait que la couleur verte soit aussi du goût des saumons de la Suir.Je tiens à préciser que ma version est extrêmement fantaisiste par au rapport au modèle de base mais reste néanmoins très prenante. La version vert fluo est très prenante par eaux colorées et sur des poissons ayant « de la rivière ».

 

 

 

 

Hameçon : Partridge of Reddich Salar de Mikael Frodin (taille 3/5/7/9/11) doré, noir ou argenté

Emerillon: Rolling Spécialist  Pezon & Michel tailles (10 /12/14/16

Soie de montage: noire

Queue : Coq teint jaune fluo

Butt: Vernis à ongle orange vif

Body : Vernis à ongle vert pomme et cuivre

Hackle de gorge : coq teint en jaune clair

Aile : Ecureuil gris sur fibre synthétique kaki ou vert fluo

Joues : Coq de jungle

Tête : Vernis noir

 

  1. La Red Shrimp :

Ce modèle cherche à imiter une crevette, ce petit crustacé étant très prisé par les saumons lorsqu’ils sont en mer sur leurs «  zones de grossissement ».Les couleurs de base, rouge, bleu marine et violet sont de plus en plus présentes dans les imitations modernes et ce n’est pas une coïncidence si les pêcheurs de saumon à la crevette utilisent ces mêmes couleurs pour teindre leurs esches. Ce modèle est très efficace dans les eaux un peu colorées de début ou de fin de crues et aussi dans les eaux chaudes et basses en été. Dans ces conditions, pour réussir à tenter un saumon, Il est alors très souvent nécessaire d’utiliser des mouches de très petites tailles (11/13) montées en « low water ».

 

 

Hameçon : Partridge of Reddich Salar de Mikael Frodin (taille 3/5/7/9/11) doré, noir ou argenté

Emerillon: Rolling Spécialist  Pezon & Michel tailles (10 /12/14/16)

Soie de montage: noire

Queue: Coq teint en rouge

Butt: Vernis à ongle violet

Body : Vernis à ongle bleu marine et violet

Hackle de gorge : coq teint en rouge et coq teint en violet

Aile : Ecureuil teint en rouge sur coq teint en violet

Tête : Vernis noir

Ne croyant plus depuis fort longtemps à la mouche exacte pour le saumon, ces montages un peu différents ne resteront pour moi qu’un exercice comme tant d’autres faits au fil de mes années de pêche au saumon et je tiens à préciser que je ne cherche pas dans cet article à prétendre que ces montages sont la panacée pour la pêche du saumon à la mouche... Il se trouve que, depuis deux saisons sur la Suir, ces artificielles me donnent entière satisfaction à tel point que je ne pêcherai sûrement plus jamais avec des mouches à hameçons multiples donc, en fin de compte, pourquoi chercher à être « plus royaliste que le roi ! »

Et qui sait !  Le 30 livres dont je rêve depuis 40 ans... il m’attend peut être cette année?

Si cet article vous a intéressé et si vous désirez recevoir des renseignements supplémentaires, n’hésitez pas à me contacter chez moi au (de France) 00 353 52 61 32497 ou sur mon portable (de France) 00 353 86 817 60 55 ou bien encore sur mon adresse courriel jeanlouptrautner@eircom.net

Cordialement

Jean Loup Trautner

 

 

ACCUEIL                                                              COURRIEL