LE SAUMON A LA MOUCHE

Le plaisir accessible à tous

Il n'est vraiment pas nécessaire d'avoir le sang bleu pour aborder, avec de bonnes chances de succès, la pêche du saumon à la mouche et quoiqu'en disent la grande majorité des livres traitant de ce sujet, je n'hésite pas à affirmer que sur un plan technique et tactique cette discipline est nettement plus facile à maîtriser que celle de la pêche à la truite à la mouche. Ces ouvrages halieutiques réputés, s'ils restent au demeurant, des lectures extrêmement enrichissantes présentent tous à mon avis, le défaut majeur de compliquer presque à plaisir, une forme de pêche en vérité accessible à toutes et à tous. L'expérience acquise pendant plus de 20 ans m'a fermement convaincu qu'une fois armés d'un matériel bien adapté et conseillés judicieusement, la grande majorité des pêcheurs trouveront que la technique de base est relativement simple et que les tactiques de pêche employées, dictées essentiellement par l'état des eaux et la configuration des pools pêchés sont plutôt simplistes.

Je crois, que le temps est venu, de se faire l'avocat du diable et de chercher à démystifier cette pêche afin que les nombreux pêcheurs tentés depuis longtemps, par la découverte de ce poisson magnifique, puissent enfin vivre l'exaltation de sa pêche qui restera sans aucun doute l'une de leurs expériences halieutiques les plus marquantes. Oubliez donc ces idées préconçues et souvent erronées et allez prendre une bonne dose de saumonite en Irlande, en Norvège, en Ecosse ou bien ailleurs... et redécouvrez le plaisir de rêver...

LE MATERIEL
La première étape commence avec le choix judicieux d'un matériel parfaitement adapté à la recherche du poisson convoité. L'utilisation initiale d'un matériel adéquat facilite énormément vos premiers pas et c'est pourquoi je conseille aux débutants de choisir des cannes, moulinets et soies qui leur permettront d'être très rapidement opérationnels sur la rivière. Il est possible de pêcher le saumon à la mouche avec deux types de cannes bien distincts. La canne à une main utilisée de préférence sur des cours d'eau peu importants et la canne à deux mains réservée pour les rivières plus larges. A l'instar des grandes rivières Ecossaises et Norvégiennes, la taille des meilleures rivières à saumons en Irlande, telles la Moy, la Blackwater et la Suir ( entre 30 et 40m de large) vous impose généralement des lancers souvent longs, c'est pourquoi je conseille à mes clients venant s'essayer au saumon sur la Suir, de s'équiper en priorité d'une longue canne à deux mains de 14 ou préférablement 15 pieds en graphite qui permettent de pêcher très longtemps sans fatigue excessive et lorsque l'on sait qu'au saumon la réussite sourit souvent à l'opiniâtre...

Bien sur, il est fort possible de lancer très loin avec des cannes à 1 main puissantes et je reconnais volontiers que ces cannes sont idéales pour la pêche des cours d'eau de taille moyenne (du type rencontré en Bretagne, au canada ou en Islande). Toutefois, je ne crois pas que ces cannes soient une bonne idée pour la pêche des grandes rivières.En effet, il est important de garder en mémoire que ce n'est pas la longueur des lancers mais le contrôle juste de la dérive de votre artificielle qui vous permettra neuf fois sur dix de toucher du saumon et dans les grandes rivières à saumons ce contrôle ne pourra être effectué correctement qu'à l'aide d'une grande canne à deux mains.

Si, à première vue, pour le profane, l'utilisation de ces grandes cannes peut paraître difficile, la pratique quant à elle, s'avère très rapidement à la portée de tous. Un apprentissage préalable d'une demi-heure sur le pré permet généralement à tout pêcheur, quel que soit son physique, de s'aventurer avec confiance sur son premier pool à saumon.

Le reste du matériel utilisé pour la pêche du saumon à la mouche est relativement peu compliqué. Un moulinet saumon, possédant un bon frein progressif et pouvant accommoder 100 m de backing fera parfaitement l'affaire. De même, la pêche en soie plongeante étant rébarbative et épuisante, on se munira initialement d'une soie flottante DT(10-12) et d'une soie à pointe plongeante ST(10-12) qui vous permettront de faire face à pratiquement toutes les situations.

Le choix de la mouche exacte au saumon est sûrement le problème qui, depuis plus d'un siècle, a fait couler le plus d'encre. Les merveilleuses mouches multicolores employées au début du siècle ont lentement cédé la place à des artificielles plus sobres. Ces changements ne sont bien souvent que des modes passagères, des variations sur un même thème qui en règle générale excitent nettement plus les pêcheurs que les saumons. J'ai moi-même, je dois l'avouer souvent changé mon fusil d'épaule et je continue régulièrement à essayer bon nombre d'idées nouvelles qui même en cas d'échec, ont toujours le mérite de ranimer pour un temps mon enthousiasme vacillant. Néanmoins, j'ai désormais mon idée personnelle sur le sujet de la mouche exacte et au risque d'engendrer une levée de boucliers de la part des puristes, je suis maintenant fermement convaincu, vingt ans après, que lorsque l'on a la chance d'être en présence d'un saumon mordeur, n'importe quelle mouche ou leurre peux faire l'affaire et déclencher l'attaque du poisson. C'est pourquoi lors de votre première campagne saumon, il est toujours préférable d'essayer en premier lieu les mouches qui réussissent aux pêcheurs locaux plutôt que de s'encombrer de boites à mouches surchargées qui ne vont que compliquer votre tâche de sélection.

C'est tout le matériel dont vous aurez besoin au saumon. Oubliez les grandes épuisettes qui s'accrochent sans cesse aux ronces traîtresses, les Tailers trop rigides et surtout les gaffes indignes de ce poisson royal. Sachez qu'un saumon épuisé par un combat bien mené s'échoue et se met au sec en le prenant par la queue avec une facilité dérisoire.

LA TECHNIQUE
Armé de leur grand fouet qui les intimide toujours un peu, les débutants appréhendent souvent les premiers lancers. Et pourtant, la technique du lancer vertical est pratiquement identique à celle utilisée avec la canne à truite, l'accélération de la soie se fait entre 10h et 1h, la cadence reste la même, les blocages se font à 1h pendant le lancer arrière et à 10h pendant le lancer avant, seule l'amplitude du mouvement change et le moulinet doit être amené à hauteur de votre joue droite (pour un lancer à main droite) et pendant tout le mouvement les bras travaillent en opposition (l'un pousse lorsque l'autre tire). La grande majorité des pêcheurs que j'ai initié au saumon pêchaient leur premier pool à saumon une demi-heure après avoir pris en main un "grand fouet" pour la première fois avec d'excellentes chances de prendre leur premier saumon à la mouche.

De nombreux pêcheurs tentés par la pêche du saumon à la mouche, ayant généralement lu plusieurs ouvrages de vulgarisation sur le sujet semble être souvent obnubilés par les fameux lancers en simple et double Spey et décontenancés par la complexité de leurs explications. Rassurez-vous, ces lancers ne sont en fait que des roulés dont l'utilisation ne s'avère nécessaire que par grand vent ou lorsque l'on est dans l'impossibilité de lancer directement vers l'arrière, et s'il est éventuellement intéressant de savoir maîtriser ces lancers, il est néanmoins important de noter que la grande majorité des rivières à saumon que vous fréquenterez un jour peuvent fort bien se pêcher en n'utilisant qu'un simple lancer vertical.

LA TACTIQUE
Là encore, rien de bien draconien, la tactique de base consiste à lancer votre soie en travers de la rivière, environ 45° en aval, de former une large boucle vers l'amont (mending amont) et de garder ensuite votre canne le plus perpendiculairement possible à la rivière dans le but de réduire au maximum la vitesse de dérive de la mouche. Une fois la dérive pratiquement complétée, la canne est alors tournée légèrement vers la rive sur laquelle le pêcheur se tient, ce qui réaccélère la soie et peut forcer l'attaque d'un poisson qui aurait suivi la mouche sans la prendre. Si rien ne s'est produit la ligne est relancée vers l'arrière puis reposée sur l'eau, toujours à 45° vers l'aval et ceci sans faux lancers, le pêcheur descend alors d'un grand pas vers l'aval et continue ainsi sa prospection jusqu'à la fin du pool.

Le saumon en rivière n'étant pas un poisson chasseur comme le brochet il est donc essentiel pour obtenir du succès, d'essayer de présenter son artificielle le plus lentement possible afin de déclencher l'attaque du prédateur. S'il est parfois nécessaire de modifier de temps à autre les angles d'attaque, la profondeur de la dérive et la taille des mouches utilisées, il est néanmoins indéniable que la tactique de base est celle utilisée dans 80% des conditions de pêche et il est probable que c'est cette dernière qui vous assurera votre première tirée et peut être votre premier saumon à la mouche.

UNE PÊCHE DE VEINARD
Le matériel le plus performant et la technique la plus élaborée ne vous seront que de peu d'utilité si vous vous trouvez sur la rivière à une période où les conditions sont défavorables à la capture de saumons à la mouche. Au cours d'une saison de pêche, ces moments privilégiés sont relativement rares et la majorité des prises effectuées sur une rivière donné sont pratiquement toujours faites pendant les quelques périodes de crues et de décrues. C'est pourquoi au saumon, que vous soyez débutant ou pêcheur chevronné, si vous n'avez pas le bonheur de vivre sur les bords d'une rivière qui abrite ce poisson, le facteur chance sera toujours le facteur essentiel qui détermina directement vos échecs et vos succès.

Au risque de me créer quelques ennemis supplémentaires, j'affirme qu'il est inutile de nier l'évidence et qu'il est grand temps de reconnaître que la pêche du saumon à la mouche est avant tout une histoire de chance. Lorsqu'une crue remplit les pools de saumons mordeurs, n'importe qui peut espérer, pour un temps plus ou moins long, prendre un saumon à la mouche. Il suffit généralement d'être présent sur la rivière au bon moment et au bon endroit et à présenter correctement une artificielle quelconque pour récolter le gros lot.

Malgré la nature imprévisible de ces coups d'eau, il est néanmoins possible, pour augmenter ses chances de faire quelques impasses judicieuses qui pourront faire la différence. Voici quelques conseils pour ceux qui envisagent tenter leur chance au saumon à la mouche en Irlande, pays que je connais bien puisque j'y habite et y pêche le saumon depuis 1977.
- Eviter de venir avant le début-mai, les grandes rivières prenant du temps à se réchauffer, leur eaux ne sont vraiment pêchables en soie flottante ou en pointe plongeante qu'en fin de printemps. Juin et juillet permettent d'attaquer des castillons qui montent en général plus volontiers sur la mouche que les saumons de printemps.
- Sachez qu'en règle générale, le début de crue (avant que les eaux ne se salissent) et les fins de crues sont les périodes les plus favorables à la captures de saumons. Les rivières pêchent généralement bien pendant 2 à 3 semaines après la crue mais le chances de captures décroissent pratiquement chaque jour.
- La fin-août et le mois de septembre sont des périodes généralement excellentes. L'approche des grandes marées d'équinoxe et la maturité sexuelle avancée des poissons augmentent à la fois le nombre des poissons dans la rivière et leur agressivité vis à vis des mouches et leurres.
- Renseignez vous auparavant si la rivière de votre choix à des eaux propices à la pêche à la mouche. Il est important de noter qu'en Europe pratiquement 70% des poissons capturés chaque année sont pris soit à la cuiller, soit au ver ou à la crevette et ces pêches privilégient généralement les eaux plutôt profondes et relativement lentes et de ce fait moins intéressantes à la mouche.
- Choisissez en priorité des parcours privés. Malgré leurs prix plus importants, ils vous garantiront une tranquilité et une liberté de pêche appréciables et vous éviteront de pêcher des eaux surpêchées souvent stériles.

Les éternels coupeurs de cheveux en quatre traiteront sans aucun doute cet article avec mépris et dérision en prétendant à qui veux bien l'entendre que cette forme de pêche n'est en réalité qu'un art accessible qu'à certains élus...Rien n'est plus erroné et je conseille vivement à tous les pêcheurs tentés par la capture d'un saumon atlantique à la mouche, de chercher au plus vite à se faire plaisir avant que la bêtise humaine ait finalement réussi à éliminer de la planète le roi des poissons de nos rivières...

Jean-Loup Trautner©1997

RETOUR SOMMAIRE ARTICLES DE PRESSE

ACUEIL

 

COURRIEL